Posts for Tag : Intuition

Manger « sans », c’est has been  0

Oh MaReine, c’est exprès si le titre est un peu provocateur ! Lis un peu plus loin, tu verras, ça devrait t’intéresser. 😉

Avant, je mangeais « sans… »

Ça date de ma première grossesse, en fait. Là, d’un coup, je me suis dit : « Mince ! Ce que je mange, le bébé le mange aussi. » Et alors, autant pour moi je ne faisais pas gaffe, autant, là, le fait d’avoir la responsabilité de quelqu’un d’autre… Youhou ! Ça m’a fait me poser des questions, et je me suis mise à manger sans pesticides (bio, quoi !).

Et puis, bon, voilà, en me penchant sur la question, je me suis rendu compte qu’effectivement, le lait de vache n’avait pas bonne presse (mais j’allais quand même pas boire le mien ! 😀 )

Où est la poule, où est l’œuf, je ne sais pas. Toujours est-il que j’en étais arrivée à la situation suivante :

  • je mangeais des produits laitiers, et j’avais une rhino, ou au moins mal à la gorge,
  • je mangeais du gluten, et j’avais mal au ventre, à être pliée en deux,
  • je mangeais du sucre blanc, et là c’était pire, un autre type de douleur, plus aigu, et qui durait plus longtemps.

J’en étais donc arrivée à manger, et donc à cuisiner, sans produits laitiers, sans gluten et sans sucre blanc.

Les doigts dans le nez ! Je suis une excellente cuisinière.

Bon, c’était un tout petit peu plus compliqué de sortir, mais un écart de temps en temps était possible sans trop de casse.

Mais ça, c’était avant !

Et puis, en juin 2016, je me suis formée aux Bars d’Access Consciousness®.

Pour moi aujourd’hui, une journée de formation aux Bars, c’est un événement dans une vie. Mais bon, je ne le savais pas ! Moi, ce que je voulais, c’était juste me former aux Bars, pour proposer des séances à mes clients. J’y suis allée avec cette intention.

Et quand j’ai vu que la facilitatrice avait sorti des trucs à grignoter je me suis : « Cool ! C’est sympa !« , en croisant les doigts pour que ce soit bio (sans sucre blanc).

Et voilà qu’elle nous explique qu’après la séance de Bars, le corps peut réclamer de l’eau, du sucré ou du salé, et que, (même que c’est marqué dans le manuel !), si on a envie de sucré, autant boire un Coca.

Ha ha ha ! Là je me suis dit (enfin, la petite voix à l’intérieur) : « Oh là, OK, je ne prends pas tout dans cette méthode. Coca = sucre + produit industriel. Pas bon, pas bon, pas bon ! »

Quelques semaines après cette fameuse journée, j’ai pris conscience que j’avais fait des écarts, pas mal d’écarts, même, à mon régime « sans », et je m’en étais plutôt bien sortie.

 

« Mon corps, de quoi as-tu envie ? »

J’ai avancé dans ma découverte des outils d’Access, et au point où j’en suis aujourd’hui, j’ai lâché un certain nombre de points de vue que j’avais adoptés sur la nourriture.

Par exemple :

  • si je mange ci ou ça, je vais être malade,
  • si je mange ci ou ça, je vais grossir,
  • j’ai besoin de manger à heures fixes (sinon, je fais un malheur !!!!!!!)
  • le matin, je mange ça ; le repas du midi c’est… ; et au goûter, et le soir…
  • ma portion c’est à peu près ça…

Comment j’ai fait ? Eh bien j’ai commencé à demander à mon corps : « Mon corps, qu’est-ce que tu veux manger ? »

Alors, là, attention, il faut s’attendre à tout ! Euh… voire à n’importe quoi !!!! 😀

Résultat, certains jours, je mange très sucré, et pratiquement pas de « repas » tels qu’on les conçoit habituellement.

D’autres jours, je carbure au bouillon de légumes (bio !).

Quand je n’ai pas à préparer à manger pour les enfants, donc une semaine sur deux, je mange moins du quart de mes portions habituelles, et pas du tout à heures fixes. Et moi qui étais la reine des crises d’hypoglycémie si l’heure de mon repas était décalée de 5 mn (oui, et qui aurait tué n’importe qui se mettant en travers de mon chemin vers mon assiette !!! 😀 ), je partais de loin !

Certaines choses que j’aimais avant ne me font plus du tout envie, et je ne les mange plus.

Une bonne équipe

Résultat, je n’ai plus aucun désagrément avec la nourriture.

Apparemment, mon corps a décidé de mincir. Je n’ai pas franchement de point de vue là-dessus. (Enfin, bon, tant que je ne perds pas trop de fesses ni trop de seins 😀 mais apparemment, il est OK avec ça !)

Il y a des moments où je mange davantage (et vraiment ce que j’aurais appelé avant « des cochonneries »), c’est pendant les classes et les échanges de Bars. Ce sont des moments très agréables, souvent très joyeux.

Bah ! Je suppose que mon corps a des ajustements à faire après les séances.

Je le laisse faire. Je lui fais confiance.

Lui et moi, on fait équipe !


Pour recevoir des Bars, c’est par ici.

Pour apprendre à en donner, c’est par là.

La nouvelle règle des gars de mon équipe  0

Cela fait un moment que je vous parle des gars de mon équipe. C’est mon expression « à moi » pour évoquer mon intuition, mon moi supérieur, mon âme… bref ! Les gars, quoi !

Pour mémo, les voici :

marx broth auréoles

Ou si vous préférez :

Ce que je vis aujourd'hui, avec les gars de mon équipe
Les gars de mon équipe 🙂

Eh ben là, les gars, ils ont changé la règle du jeu. Depuis quand ? Je ne saurais dire exactement. Mais je dirais bien depuis ce bon sang de portail du 9.9.9. Vous savez, celui qu’on a tous – TOUS – passé ! 😀

.

Avant, l’intuition… Mais ça c’était avant.

Pour moi, avant, l’intuition, ça marchait comme ça :

Je prends l’exemple concret d’une rencontre amoureuse, d’abord, parce que c’est plus facile avec un exemple concret, et ensuite parce que c’est un sujet qui va vous plaire, MesReines, j’en suis sûre ! 😀

Donc, « avant », ça marchait comme ça : je rencontrais quelqu’un et là, de deux choses l’une, soit c’était feu vert (Tu les entends, les gars ? « Allez les verts, allez les verts ! »), soit c’était le voyant clignotant rouge.

Et là – je t’interdis de rigoler, ami lecteur – je choisissais en général de ne pas voir le voyant pourtant rouge et clignotant. Ça s’appelle le libre arbitre. C’est ce que les gars avaient trouvé de mieux pour être tranquille avec une fille comme moi – i.e. une fille qui n’en fait qu’à sa tête. 😀

.

Aujourd’hui, l’intuition

Aujourd’hui, voilà comment ils fonctionnent. Est-ce que c’est parce que je les écoute davantage ? Ou est-ce que c’est un fonctionnement global ? (Vu qu’on est plusieurs à le penser, je penche pour la deuxième solution, mais bon, je fais des Bars 😀 ) A vous de voir si ça vous parle.

.

Aujourd’hui, pour moi, les gars envoient les infos en temps réel.

Je reprends mon exemple : je rencontre quelqu’un. Voyant clignotant rouge : hahaha ! J’ai grandi, fini les crises d’adolescence, je laisse passer. Voyant vert : OK. Et pour autant, ça ne veut pas dire que c’est OK tout le temps et pour tout.

Le voyant peut se mettre à clignoter d’un coup (orange) : « Hep hep hep ! Tu as entendu ce qu’il t’a dit, là, le mec ? Tu as vu comment il a réagi ? » ou bien – parce qu’il ne faut pas croire, MaReine, les gars te font balayer aussi devant ta royale porte ! – « Ouh la, repli stratégique : tu as peur. OK, et regarde-la sortir, cette peur. Est-ce que l’amour qu’il y a en face n’est pas plus grand ? » Oui ? Non ? Libre arbitre.

Tu as droit de répondre ce que tu veux. Et de changer d’avis. A la minute. Minute par minute. Instant présent.

.

Voilà, aujourd’hui, les gars, ils sont en temps réel.

Alors, c’est pas ce qu’il y a de plus reposant, mais bon sang ! Qu’est-ce que c’est vivant !!!


A propos d’Aurélie

J’accompagne les femmes « dans tous leurs états » à retrouver la sérénité, en se reconnectant à leur nature féminine profonde.

Je vous aide à retrouver votre puissance, et à porter haut votre couronne, MesReines.

Bip ! Bip ! Bip ! Vous êtes trop intelligente !  0

Recette pour un atelier Nouvelle Lune réussi : une cliente trop intelligente…

Chaque mois, lors de la Nouvelle Lune, je propose un atelier, pendant lequel les participantes (moi compris !) posent une intention, pour attirer le meilleur pour elles dans leur vie.

La première fois qu’elles viennent, elles ont une petite idée de ce qu’elles veulent demander. Hé hé !

Comme si on demandait ce qu’on voulait !

En fait, c’est pas tout à fait comme ça que ça se passe.

Je ne peux pas vous raconter le « comment » ; pour savoir ça, le mieux, c’est que vous participiez à un atelier Nouvelle Lune !

.

Des gars qui ont envie de rigoler,

marx broth auréoles

Ce que je peux vous raconter, en  revanche, c’est une discussion-type qui se passe au moment de poser l’intention, et où j’arrive toujours à la conclusion que mes clientes sont trop intelligentes. Hi hi !

Dans ce dialogue, j’ai appelé la cliente HSS (Homo Sapiens Sapiens 🙂 ) et moi ben … MOI. 🙂

HSS — Je voudrais un nouveau travail.

MOI — Ah… OK. (Et pourtant, j’entends les gars de mon équipe qui se marrent.) Tu voudrais un nouveau travail. Tu es sûre ?

HSS — Oui, j’ai besoin de trouver un travail, euh… parce que j’ai besoin d’argent. (En plus d’être supérieurement intelligentes, les participantes à l’atelier Nouvelle Lune sont toujours hyper courageuses.)

MOI — OK (je commence à comprendre pourquoi les gars rigolaient). En fait, ce que tu voudrais, c’est de l’argent, ou c’est un travail ?

HSS — Ben, c’est de l’argent !

MOI — OK (c’est un tic de langage que j’ai 🙂 ), donc si tu as de l’argent sans travail, c’est OK pour toi ?

HSS — Euh…

Là, le rire des gars commence à être contagieux, chez les autres participantes (oui, on est tous dans le même bateau, lors d’un atelier Nouvelle Lune 😉 ).

MOI — Tu as besoin de quoi ? D’un travail ? Ou d’argent ?

HSS — D’argent.

MOI — S’il vient d’un oncle d’Amérique, que tu le trouves par terre, qu’on te le donne pour tes beaux yeux, ça va aussi ?

HSS — Euh… C’est possible, ça ?

Et voilà ! En général, ça finit en rigolade générale.

Bien que nous tous, Homo Sapiens Sapiens, soyons supérieurement intelligents, nous n’avons pas la moindre petite idée des trésors de ressources que la vie peut mettre en œuvre pour nous. Et dès qu’on commence à y réfléchir, on ferme des portes.

.

Et des activités enfantines.

Voilà pourquoi à l’atelier Nouvelle Lune, on déchire du papier, on découpe, on colle, on boit de la tisane et on rigole. Parce qu’on n’est jamais plus efficace que dans la joie de ces gestes simples d’enfant !

DSCF7273

.

Pour vous inscrire au prochain atelier en présentiel ou en ligne, c’est par ici.


A propos d’Aurélie

J’accompagne les femmes « dans tous leurs états » à retrouver la sérénité, en se reconnectant à leur nature féminine profonde.

Je vous aide à retrouver votre puissance, et à porter haut votre couronne, MesReines.

Merci les gars !  0

J’ai déjà écrit la version féminine et la version masculine des remerciements aux équipes au sol. Voici la version « équipe de lumière » (i.e. les gars). En fait, un mode d’emploi pour une vie plus fluide.

.

Les gars : mon GPS intégré

Comme vous le savez peut-être, si vous me suivez sur mon blog ou à la radio, j’ai une façon « à moi » de parler de mon intuition, de mon petit doigt, des idées de mon Moi supérieur. Je les appelle « les gars de mon équipe », voire « les gars ». Comme ça, je peux discuter avec eux, j’aime bien. 🙂

Je vous ai mis ci-dessous deux versions en image, afin que vous vous en fassiez l’idée qui vous convient. L’une inspirée et créative, l’autre inspirée et créative, à moins que ce ne soit le contraire ! 😀

marx broth auréoles

Ce que je vis aujourd'hui, avec les gars de mon équipe

Aujourd’hui, avec la pratique, je sais que « les gars » sont mon GPS intégré, que les idées qu’ils me soufflent sont les meilleures du monde pour moi à l’instant t, que ce soit dans le domaine de mon entreprise – oui, même quand il s’agit de cycle menstruel, les gars sont au top ! C’est à se demander s’ils ne seraient pas… des filles 😀 – , de ma vie quotidienne, des mélodies d’Aurélie

.

Écouter l’idée

Le truc à faire, donc, ça j’en suis sûre, c’est d’écouter les suggestions des gars. D’écouter l’idée.

Mais attention, N’IMPORTE QUELLE IDÉE !!!! Je veux dire, même la plus farfelue des farfelues. Même l’idée de faire des crêpes (spéciale dédicace à Arnaud CPHoto 😉 ), et même si ce n’est pas l’heure de manger.

Un exemple concret :

J’arrive en vacances. Personne n’avait pensé à acheter des gâteaux apéro. Je ne mange pas de ces cochonneries d’habitude – Ha ha ha ! – mais bon, là, c’est les vacances, quand même ! Donc, j’écoute mon idée, et je vais acheter des gâteaux apéro. Tout le monde est ravi – ben oui, parce que, ces machins-là, personne n’en achète parce que ça fait grossir, mais tout le monde est content d’en manger. Comme en plus j’en avais acheté plein de sortes, tout le monde était content.

En passant, je signale que je n’avais pas écouté la petite voix qui disait : « Tu n’as que 30 € à dépenser pour la semaine, si tu en dépenses déjà le tiers le premier jour, c’est mal barré, etc… » Cette petite voix-là, c’est pas celle des gars, vous l’aurez compris.

Le lendemain matin, en promenade, j’ai trouvé sur le trottoir un billet de 10 € qui m’a largement remboursé mon achat de la veille. Et voilà !

.

L’idée est valable pour l’instant t… peut-être que pour lui

Je tire le fil. Je pense que le sujet des gâteaux apéro est idéal pour l’été, quoiqu’en disent les magazines féminins.

Le fait que j’aie eu l’idée d’aller acheter ces gâteaux ce jour-là, dans ce contexte, ça ne veut pas dire :

  • que je vais passer ma vie à aller acheter des gâteaux apéro,
  • que je vais passer mes vacances à manger des cochonneries,
  • que je serai contente si on m’offre des gâteaux apéro,
  • qu’à chaque fois que je vais acheter des gâteaux apéro, l’Univers va me rembourser mon achat,
  • ou je ne sais quoi d’autre…

 

J’ai le même genre d’exemple avec les décisions concernant mon entreprise, mais bon, là, je suis en vacances, OK ?! 😉

.

Le challenge pour moi : capter l’idée

Une fois que j’ai eu bien intégré ça – je ne sais pas vous, mais moi, j’ai besoin d’intégrer plusieurs fois, comme s’il y avait des couches… Qui a parlé de mille-feuilles ??? – , je me suis dit que depuis un moment, je n’avais pas eu d’idée mirobolante – du genre de celles des gâteaux apéro 😀 – pour mon entreprise. En tout cas, pas d’idée vraiment validée par l’Univers.

Alors ? Les gars ? Ben, qu’est-ce que vous fabriquez ?! (Vous comprenez maintenant pourquoi je les appelle les gars ? 😉 )

.

putti

Ils m’ont expliqué. Que des idées comme celle des gâteaux apéro, ils m’en envoyaient plein, tout le temps. Et… que moi, ben, je n’étais pas toujours dispo pour les RECEVOIR. Attention, ils ont fait ça gentiment, hein. Sans me faire culpabiliser. 🙂

Et j’ai pris conscience que, oui, effectivement, en ce moment j’avais des idées fixes du genre « pourvu que ça n’arrive pas, pourvu que ça n’arrive pas, pourvu que ça n’arrive pas… » et que, du coup, j’étais beaucoup moins réceptive à leurs idées de génies.

Bon, à partir du moment où j’ai pris conscience de cette situation, j’ai commencé à entendre arriver une idée de génie. Haaaaaaa !!!!!! Merci les gars !!!!

La mélodie d'Aurélie 2


A propos d’Aurélie

J’accompagne les mères actives « dans tous leurs états » à retrouver la sérénité, en se reconnectant à leur nature féminine profonde.

Je vous aide à retrouver votre puissance, et à porter haut votre couronne, MesReines.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Ce que je vis, aujourd’hui.  2

Ce que je vis aujourd'hui, avec les gars de mon équipe

Depuis que je suis née, ma vie s’est déroulée sans anicroche. Bon, ce n’est peut-être pas ce que diraient mes parents, mais moi, je sentais que ça roulait, que j’étais née sous une bonne étoile.

Et puis, un jour – j’avais presque 40 ans – je me suis sentie perdue. Vraiment perdue. Comme si là, d’un coup, ma bonne étoile m’avait lâchée. Avait-elle explosé en vol ? M’avait-elle abandonnée ? Ne me trouvait-elle plus assez bien ?

Ou est-ce que, ça y est, j’étais grande, et que je devais me débrouiller toute seule ?

Comme j’avais commencé à le faire après la naissance de mes enfants,  je suis allée voir des thérapeutes, afin qu’ils m’aident à comprendre ce qui m’arrivait ; où était le chemin ; quelle était la bonne décision à prendre. Parce que là, vraiment, je ne savais plus. J’étais perdue.

Alors ils m’ont dit « Voilà ce qui se passe. » — Ah bon ? « Voilà ce que tu dois faire. » — Non, sans blague ?! « Voilà le message de l’Univers. » — Sans rire ? Et comme ils étaient humains, sympas et compétents, et qu’après tout je leur avais posé la question, je les ai écoutés.

Et pourtant, une voix à l’intérieur de moi disait : « Non mais n’importe quoi ! Ils se plantent, là ! » L’autre répondait : « Ils se plantent tous ? Tu crois vraiment ? Ce ne serait pas toi qui serais dans les choux, là ? Est-ce que par hasard tu ne refuserais pas d’entendre ce qu’on te dit ? Est-ce que tu ne serais pas un peu bornée, comme fille ? » Etc., etc. Ça a duré quelques années.

 

Et aujourd’hui, voilà où j’en suis.

Je choisis – envers et contre tous s’il le faut – de me faire confiance.

Je choisis d’être à l’écoute de mes émotions.

Je choisis de croire mon ressenti, quel qu’il soit.

Je choisis de suivre ma petite voix à l’intérieur, celle qui chante et rit.

 

Alors aujourd’hui, au point où j’en suis, je remercie la vie de cette expérience car elle est parfaite.

Si j’ai cru perdre de vue ma bonne étoile, c’est qu’elle s’était cachée (« Steack haché », blague Carambar) pour que je la trouve mieux, que je me branche sur elle en conscience et « plein canal ».

Si tous les conseils que j’ai cherché me disaient le contraire de ce que je ressentais, c’était pour que je me fasse confiance, encore et encore, pour construite, pierre après pierre, ce pilier que je cherchais à l’extérieur de moi.

Et si j’ai ressenti une telle joie en pensant à toi, c’est que j’ai reconnu en toi cette lumière, cette joie pure, cet amour inconditionnel dont je suis forgée ; c’est que je me suis reconnue et révélée au contact de ta lumière.

Cela, aujourd’hui, je le sais.


A propos d’Aurélie

J’accompagne les mères actives « dans tous leurs états » à redevenir zen, en se reconnectant à leur nature féminine profonde.

Je vous aide à retrouver votre puissance, et à porter haut votre couronne, MesReines.

Ce que me racontent les fleurs de mon jardin  0

De quoi avez-vous vraiment besoin ?

En tendant l’oreille vers vos sensations, vers ce qui vous appelle, vers ce qui vous fait du bien, vers vos ressentis physiques, vous allez petit à petit entendre plus clairement les messages de votre âme.

 


 

Retrouvez les autres émissions ici.