Posts for Tag : Eveil de la mère active

Le couple éveillé (les magiciens)

J’ai souvent lu et partagé des textes sur le féminin sacré, la femme éveillée, ce genre de choses.
L’idée que la femme est ici pour faire changer le monde, pour créer, maintenant, grâce à ses choix, un futur qui ouvre de plus grandes possibilités. C’est une idée qui me parle fort.
Et lorsque tu t’es rapproché de moi, toi, l’homme, je t’ai invité dans cette danse. Et tu as dansé. Et c’était merveilleux. Et j’aurais voulu que ça continue toujours, et encore, et encore plus loin, et encore mieux, que ça continue…


Et puis à un moment tu as dit : « pause ». Et j’ai eu peur. Tout s’est figé.
J’ai eu peur parce que j’ai cru que tu ne voulais plus danser. Et tu es revenu. C’était une petite pause. Et nous avons continué à danser. Et plusieurs fois tu as fait de petites pauses, parce que je voulais t’emmener trop loin, trop vite, sur un chemin que tu n’avais pas choisi. Parce que tu n’avais pas encore choisi.


Et puis est arrivée une grande pause. Nous avions dansé, avec tellement de plaisir. Tu avais quitté des manteaux, tu t’étais libéré, et là tu arrivais devant un choix important. Un gros carrefour.
Alors tu as dit : « pause ».


Et la pause a duré.
Au début j’ai eu peur. Je suis restée figée. Et puis ça a duré. Alors j’ai traversé ma peur.
De l’autre côté, il y avait moi. Juste me poser, tranquille, avec moi. Ce que tu fais, toi, pendant tes pauses. Et ce que moi je ne savais pas faire, ne sachant que danser pour créer des possibles.
Au début, j’ai cherché d’autres partenaires pour danser, et regarde comme c’est bien fait ! Aucun n’était à ta hauteur. Avec aucun je n’avais envie de danser comme avec toi.
Alors je suis revenue à moi.
Dans le silence. Dans la solitude. Dans une économie de mouvement.
Et ça je peux le faire parce que je suis en sécurité. C’est toi qui a posé la clôture. Elle est solide. Et le portillon n’est pas fermé à clé.


Dans ce moment de solitude, de « sans toi », je me suis longtemps débattue, j’ai cherché des raisons, des torts que j’aurais pu avoir, je me suis beaucoup remise en question.
J’ai pu regarder en face mes vieux manteaux à moi, ceux que j’évitais de regarder, trop concentrée que j’étais sur les tiens.


Quel merveilleux équilibre ! Moi je t’invite à danser et toi tu m’invites à me poser.
Et parfois nous inversons les rôles 😄.
Qu’est-ce que j’aime ça, être en relation avec toi !

La femme sauvage qui est en moi  0

Quand on rôde autour du féminin sacré, du développement personnel, de la guérison des blessures du féminin, on finit toujours par tomber sur une meute de louves 😉 , ou plutôt de femmes qui courent avec les loups (référence au livre éponyme de Clarissa Pinkola Estés).

.

femmes qui courent avec les loups, femme sauvage

Alors, moi, le sauvage, bon, pour tout vous dire, MesReines, ça me faisait un peu peur. Et puis…

.

La femme sauvage est en moi

Bon, allez, je vous l’avoue, ce mois de septembre… pfiou, un grand nettoyage ! Des trucs qui remontent à ma conscience. « Alors ? Qu’est-ce que tu fais ? Tu gardes, ou tu jettes ? » Je parle de trucs à l’intérieur de moi, hein !

Dont, la femme sauvage.

Je me suis rendue compte qu’elle, qui me faisait si peur, m’habitait en fait très naturellement.

Et dans mon quotidien le plus banal.

Oui, bon, d’accord, c’est logique ! Mais moi qui m’en faisais toute une montagne…

Quand j’ai juste à quitter ma robe pour me mettre au lit, quand je ramasse des plumes, quand je crie de joie parce que j’ai trouvé des marrons, quand je cueille des mûres, quand je fais pipi sur le gazon, ou dans la mer, ou dans la douche – ben quoi, il fait frais, dehors ! – , quand je goûte à ma liberté, quand je verse le sang de mes règles dans mes plantes vertes, quand je vais dans le jardin cueillir un brin de romarin, de sauge ou de menthe pour me faire une tisane, et que je remercie la plante… je célèbre la femme sauvage qui est en moi !

C’est aussi simple que cela.

marron, femme sauvage

.

Oh Bonne Mère ! (A lire « avé l’assent »)

J’ai pris conscience, il y a quelques jours, que, là aussi, le déclic était venu avec mes enfants.

C’est un de mes sujets de prédilection, l’éveil de la mère active. Alors, toi MaReine, qui lit ce post et qui n’a pas d’enfants, ou qui ne veut pas en avoir, je te précise que c’est juste un angle de vue, OK ? Mon angle de vue. 🙂 Et qu’il y a plein d’autres chemins. Dont le tien. 🙂

Quand j’étais enceinte de mon premier enfant, j’ai arrêté de mettre du vernis à ongles, j’ai acheté du maquillage bio (je montais sur scène, et, à l’époque, je ne m’autorisais pas à le faire sans maquillage), j’ai arrêté de mettre des produits sur mon corps qui n’étaient pas certifiés « naturel » de toutes les façons possibles, j’ai changé l’alimentation, vers du plus naturel aussi. Puis, quand mon enfant est né, j’ai arrêté de me parfumer.

Tout ça, bien sûr, c’était pour le bien de mon enfant (ce que je croyais être le bien de mon enfant, on se comprend ?), c’est comme ça qu’on fait marcher une mère, et les gars de mon équipe ne s’y prennent pas autrement que les publicitaires ! 😀

.

Bonne mère pour moi !

Et du coup, j’ai appris à apprécier des bouts de moi. Mes ongles au naturel (encore plus beaux quand je passe une journée à la plage, merci le sable !), mon odeur – oui, mon odeur, enfin, mes odeurs, celles qu’on cache en général 🙂

Et ça parce que je me suis dit que ça plairait à mon enfant. C’est passé par là, pour moi.

.

Finalement, de quoi j’avais peur ?

Au final, je n’ai mordu ni griffé personne. De quoi j’avais peur, en fait ?

😉


A propos d’Aurélie

J’accompagne les femmes « dans tous leurs états » à retrouver la sérénité, en se reconnectant à leur nature féminine profonde.

Je vous aide à retrouver votre puissance, et à porter haut votre couronne, MesReines.

La mère de famille, VIP de l’éveil spirituel  0

Je continue ma série d’articles sur l’éveil spirituel de la mère de famille.

Dans l’article précédent, je vous ai partagé comment mes enfants ont participé à mon éveil spirituel.

Dans celui-ci, je m’en vais vous démontrer, MaReine, qu’en tant que mère de famille, vous tenez la place idéale pour être une éveillée de première catégorie, que vous êtes dans le carré VIP, et que vous avez les meilleurs coaches du monde, et pour pas cher.

Yeah !

.

La vérité sur la place de mère de famille

mere-stressee

Quoi, MaReine ? Vous croyiez qu’être mère de famille c’était :

  • ne pas faire de nuits complètes, plus jamais ?
  • ne pas faire de grass’mat’, plus jamais ?
  • se triturer les méninges pour savoir « qu’est-ce qu’on maaaaaaange ??? » tous les jours de l’année, même le dimanche, même les jours fériés, même pendant les vacances ?
  • courir entre l’école, les activités, les rendez-vous divers et variés ; ah bon, vous travaillez, en plus ?!
  • vous battre à chaque repas – parce que c’est bon pour leur santé, mais qui a pensé à la vôtre ? – pour faire avaler des légumes à des enfants qui vous disent : « Maman, tu peux me changer mon assiette ? — Pourquoi ? — Parce que quelqu’un a vomi dans la mienne » ? (Oui, je lis Calvin & Hobbes et oui, des fois, je ris jaune.)
  • trouver une solution express parce que « Maman, j’ai absolument besoin de ça demain » et qu’il est 21h15 ?
  • laver, plier, ranger des tonnes de vêtements – vous, je ne sais pas, moi, je ne repasse pas !
  • ressortir vos maths du collège – « Dans quel coin de ma tête les ai-je fourrés ? » – en cuisinant le repas tout en disputant une trépidante partie de petits chevaux avec le petit dernier ?

 

Non mais vous croyiez VRAIMENT que c’était ça, être une mère de famille ????

 

Aaaaaaaaaaaaaaaaaaaahhhhhhh ! Mais non, mais-non-mais-non ! Pas du tout !

 

cercle de mères rond

La vraie vérité sur la place de mère de famille

Bon, allez, je vous l’accorde, j’ai été cette mère-là. Comment croyez-vous que je la connaisse si bien ?

Et pour autant, depuis quelque temps, je sens une autre mère monter en moi, s’installer, infuser dans mon corps, et celle-là me plaît davantage. Sa vie est bien plus cool 🙂

Allez ! Je vous la partage ! Imaginez :

  • vous êtes à la meilleure place du monde – la vôtre !  pour vous éveiller en beauté,
  • vous avez les meilleurs coaches du monde rien que pour vous, et 24h/24,
  • vous consacrez vos journées – et même parfois vos  nuits 😉 – à monter en vibration, à connecter avec l’Univers, à reconnecter avec votre mission d’âme… mieux qu’un moine bouddhiste,
  • BONUS : vous avez un avantage indéniable sur le moine bouddhiste : vous pouvez choisir la couleur de votre robe !

.

Franchement, comment ça pourrait être encore mieux ? 😉

 

Pour aller plus loin.


A propos d’Aurélie

J’accompagne les femmes « dans tous leurs états » à retrouver la sérénité, en se reconnectant à leur nature féminine profonde.

Je vous aide à retrouver votre puissance, et à porter haut votre couronne, MesReines.

 

Enregistrer

Les Saisons de la femme (1/2)  1622

Les saisons de la femme Art Nouveau

En théorie

Chaque mois, le corps de la femme traverse 4 phases, celles de son cycle menstruel.

Dans les livres spécialisés 😉 , on trouve la description suivante :

  • le cycle commence le premier jour des règles. C’est la phase dite menstruelle,
  • puis c’est la phase pré-ovulatoire,
  • puis la phase ovulatoire
  • et enfin la phase pré-menstruelle.

Le cycle durant 28 jours, chaque phase dure 7 jours.

 

Ça, c’est la théorie 🙂

.

En pratique…

Le cycle, comme son nom l’indique, est un processus qui tourne sans fin (ou presque !), donc le début du cycle n’existe pas. Ou en tout cas, on peut le mettre où l’on veut, et le premier jour des règles s’avère un point de repère très pratique, puisque visible. Autant vous pouvez louper votre ovulation, autant vos règles, c’est plus difficile ! 😀

.

La durée de 28 jours est théorique elle aussi. Elle est assez proche du cycle de la lune, qui en réalité ne fait pas 28 jours non plus (sinon, la pleine lune tomberaient le même jour de la semaine, et avouez que cela perdrait un peu de sa magie, non ? 😉 ). Haaaaah ! On vous aurait menti ?

.

Quant aux phases de 7 jours, même principe : c’est une durée théorique. Si la phase menstruelle dure 7 jours, ça ne veut pas dire que vous saignez pendant une semaine. Non, 3/4 jours ça suffit amplement. Et pour l’ovulation, c’est pareil, c’est juste une fois (en général !), et la période de fécondité dure entre 2 et 4 jours… au grand dam des couples qui ont des problèmes pour avoir un enfant.

.

Bref, les femmes, ça ne rentre pas dans des cases !

Je ne suis pas contre les théories, hein ! Je les aime bien pour ce qu’elles permettent : comprendre. Et comme nous sommes toutes supérieurement intelligentes (car Homo sapiens sapiens), comprendre, ça nous plaît, ça nous conforte, ça nous rassure. Et c’est OK !

Pour autant, nous ne sommes pas QUE intelligentes ! Enfin, pas que intelligentes de la tête, je veux dire ! 😀

Nous avons un ressenti, physique et émotionnel. Nous avons également un sens de la magie de la vie, du merveilleux, du miracle (vous appelez ça comme vous voulez, hein !).

Ah oui, et aussi, nous sommes toutes différentes, particulières, singulières. (Oui, ça fait beaucoup, hein, mais quoi, nous sommes des Reines !)

.

cycle saisons

« Les Saisons de la femme ? » Comme les saisons de l’année ?

Afin d’introduire là-dedans de la souplesse, de la magie, des images simples et qui parlent à tous – c’est très important, ça, j’y reviendrai dans le 2e article – , j’aime parler du cycle menstruel comme « les Saisons de la femme ».

En étudiant la médecine traditionnelle chinoise – lors de ma formation en shiatsu, en 2007 – , je me suis passionnée pour les saisons. J’ai passé plusieurs années à remarquer chez les autres, à ressentir chez moi et à observer dans la nature, les caractéristiques de chaque saison. Pas sous l’angle « saisonnier » – si je puis dire 😉 – mais sous l’aspect énergétique ; symbolique si vous préférez.

J’ai remarqué que d’autres phénomènes répondaient aux mêmes phases énergétiques, et notamment moi, mon corps, mes émotions, à l’échelle du cycle menstruel.

.

Je vous en parle plus précisément dans la suite de l’article.

A bientôt ! 🙂


A propos d’Aurélie

J’accompagne les femmes « dans tous leurs états » à retrouver la sérénité, en se reconnectant à leur nature féminine profonde.

Je vous aide à retrouver votre puissance, et à porter haut votre couronne, MesReines.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Merci les gars !  0

J’ai déjà écrit la version féminine et la version masculine des remerciements aux équipes au sol. Voici la version « équipe de lumière » (i.e. les gars). En fait, un mode d’emploi pour une vie plus fluide.

.

Les gars : mon GPS intégré

Comme vous le savez peut-être, si vous me suivez sur mon blog ou à la radio, j’ai une façon « à moi » de parler de mon intuition, de mon petit doigt, des idées de mon Moi supérieur. Je les appelle « les gars de mon équipe », voire « les gars ». Comme ça, je peux discuter avec eux, j’aime bien. 🙂

Je vous ai mis ci-dessous deux versions en image, afin que vous vous en fassiez l’idée qui vous convient. L’une inspirée et créative, l’autre inspirée et créative, à moins que ce ne soit le contraire ! 😀

marx broth auréoles

Ce que je vis aujourd'hui, avec les gars de mon équipe

Aujourd’hui, avec la pratique, je sais que « les gars » sont mon GPS intégré, que les idées qu’ils me soufflent sont les meilleures du monde pour moi à l’instant t, que ce soit dans le domaine de mon entreprise – oui, même quand il s’agit de cycle menstruel, les gars sont au top ! C’est à se demander s’ils ne seraient pas… des filles 😀 – , de ma vie quotidienne, des mélodies d’Aurélie

.

Écouter l’idée

Le truc à faire, donc, ça j’en suis sûre, c’est d’écouter les suggestions des gars. D’écouter l’idée.

Mais attention, N’IMPORTE QUELLE IDÉE !!!! Je veux dire, même la plus farfelue des farfelues. Même l’idée de faire des crêpes (spéciale dédicace à Arnaud CPHoto 😉 ), et même si ce n’est pas l’heure de manger.

Un exemple concret :

J’arrive en vacances. Personne n’avait pensé à acheter des gâteaux apéro. Je ne mange pas de ces cochonneries d’habitude – Ha ha ha ! – mais bon, là, c’est les vacances, quand même ! Donc, j’écoute mon idée, et je vais acheter des gâteaux apéro. Tout le monde est ravi – ben oui, parce que, ces machins-là, personne n’en achète parce que ça fait grossir, mais tout le monde est content d’en manger. Comme en plus j’en avais acheté plein de sortes, tout le monde était content.

En passant, je signale que je n’avais pas écouté la petite voix qui disait : « Tu n’as que 30 € à dépenser pour la semaine, si tu en dépenses déjà le tiers le premier jour, c’est mal barré, etc… » Cette petite voix-là, c’est pas celle des gars, vous l’aurez compris.

Le lendemain matin, en promenade, j’ai trouvé sur le trottoir un billet de 10 € qui m’a largement remboursé mon achat de la veille. Et voilà !

.

L’idée est valable pour l’instant t… peut-être que pour lui

Je tire le fil. Je pense que le sujet des gâteaux apéro est idéal pour l’été, quoiqu’en disent les magazines féminins.

Le fait que j’aie eu l’idée d’aller acheter ces gâteaux ce jour-là, dans ce contexte, ça ne veut pas dire :

  • que je vais passer ma vie à aller acheter des gâteaux apéro,
  • que je vais passer mes vacances à manger des cochonneries,
  • que je serai contente si on m’offre des gâteaux apéro,
  • qu’à chaque fois que je vais acheter des gâteaux apéro, l’Univers va me rembourser mon achat,
  • ou je ne sais quoi d’autre…

 

J’ai le même genre d’exemple avec les décisions concernant mon entreprise, mais bon, là, je suis en vacances, OK ?! 😉

.

Le challenge pour moi : capter l’idée

Une fois que j’ai eu bien intégré ça – je ne sais pas vous, mais moi, j’ai besoin d’intégrer plusieurs fois, comme s’il y avait des couches… Qui a parlé de mille-feuilles ??? – , je me suis dit que depuis un moment, je n’avais pas eu d’idée mirobolante – du genre de celles des gâteaux apéro 😀 – pour mon entreprise. En tout cas, pas d’idée vraiment validée par l’Univers.

Alors ? Les gars ? Ben, qu’est-ce que vous fabriquez ?! (Vous comprenez maintenant pourquoi je les appelle les gars ? 😉 )

.

putti

Ils m’ont expliqué. Que des idées comme celle des gâteaux apéro, ils m’en envoyaient plein, tout le temps. Et… que moi, ben, je n’étais pas toujours dispo pour les RECEVOIR. Attention, ils ont fait ça gentiment, hein. Sans me faire culpabiliser. 🙂

Et j’ai pris conscience que, oui, effectivement, en ce moment j’avais des idées fixes du genre « pourvu que ça n’arrive pas, pourvu que ça n’arrive pas, pourvu que ça n’arrive pas… » et que, du coup, j’étais beaucoup moins réceptive à leurs idées de génies.

Bon, à partir du moment où j’ai pris conscience de cette situation, j’ai commencé à entendre arriver une idée de génie. Haaaaaaa !!!!!! Merci les gars !!!!

La mélodie d'Aurélie 2


A propos d’Aurélie

J’accompagne les mères actives « dans tous leurs états » à retrouver la sérénité, en se reconnectant à leur nature féminine profonde.

Je vous aide à retrouver votre puissance, et à porter haut votre couronne, MesReines.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Émission spéciale « 7000 cœurs pour la paix »  0

Dimanche 17 juillet, Guy Yom a été l’initiateur et la Radio du Cœur a été le support de diffusion d’une merveilleuse journée : « Objectif 7000 cœurs pour la paix ». Parce que si nous sommes 7000 êtres humains à vibrer dans la même intention, nous pouvons faire bouger les choses en grand !

Voir l’événement Facebook.

Si vous n’y étiez pas à l’instant « t », c’est OK !  Le temps n’existe pas 😉 alors vous pouvez nous rejoindre maintenant.

J’ai eu le plaisir d’animer une heure d’émission pendant cette journée. Vous pouvez nous rejoindre en ré-écoutant l’émission :


A propos d’Aurélie

J’accompagne les mères actives « dans tous leurs états » à retrouver la sérénité, en se reconnectant à leur nature féminine profonde.

Je vous aide à retrouver votre puissance, et à porter haut votre couronne, MesReines.

Enregistrer

Enregistrer

Et si la place de la femme était au foyer ?  11

Ha ha ha ! C’est monté toute la journée d’hier. Journée lourde et grise. Et le soir, en arrivant à mon cabinet pour l’atelier Nouvelle Lune, j’ai assisté à un beau spectacle : le soleil est sorti de sa longue réserve et m’a fait son cinéma. au foyer

.

le soleil fait son cinéma

Comme je m’en doutais, c’était le signe d’une illumination dans ma tête aussi.

Une dernière pièce posée dans ce puzzle auquel je ne comprenais rien (merci Sandie), et voilà ! Je vous explique :

 .

Je suis une mère active

Mon travail, c’est d’accompagner les femmes à se remettre dans leur puissance – c’est le chemin que je fais pour moi, gardez bien ça en tête quand ce que vous lirez ci-dessous viendra grattouiller à des endroits peu confortables 🙂

J’ai un cabinet, dans lequel je reçois des personnes pour des séances individuelles et des ateliers collectifs.

Ça, c’est mon travail, celui qui est censé me rapporter de l’argent.

.

Ce métier de praticienne, je l’ai choisi. Il m’a fallu un certain courage, oui, pour quitter mon emploi salarié et m’installer, avec un troisième enfant qui avait un an.

Ce métier, je l’adore !

.

shiatsu Fontenay-le-Fleury

Pas si active que ça

Cependant, aujourd’hui, alors que je suis une praticienne bien plus expérimentée qu’avant, que j’ai ajouté des cordes à mon arc, et que je suis plus « branchée » que jamais – merci les gars ! – je peine à faire tourner mon entreprise.

Ça ne marche pas.

J’aime toujours autant mon métier, j’aime toujours autant les gens. Le problème n’est pas là.

Au début, je croyais que c’était un coup des gars pour me faire bosser mon rapport à l’argent. Et c’est ce que j’ai fait, je vous prie de le croire… ce qui me permet aujourd’hui de regarder le manque de recettes avec un regard distancié et un peu goguenard, je l’avoue… mais ça ne change rien à la situation.

.

Après, je me suis dit qu’il fallait peut-être attendre. Ouais, je suis désolée, les gars, je vous ai sous-estimé – c’est tellement plus facile pour moi de remettre la faute sur les autres (oui, même sur vous 🙂 ) quand il y a un truc que je traîne à comprendre.

.

Et pourtant si, très active

J’ai pris conscience la semaine dernière que ce que j’aimais faire par-dessus tout, c’était communiquer, partager des infos, lever bien haut mon flambeau.

Et ça, bien sûr, je le fais dans les accompagnements et les ateliers, dans mon « travail » officiel – mais je vous rappelle que ça ne « marche » pas. Et je le fais aussi, à plus grande échelle et avec un plaisir tout aussi grand à la radio, à la télé et à travers mes articles.

lancement de la saison 4 radioducoeur.com
En direct de Pontigny avec Mario Marchand, fondateur de la Radio du Cœur. Un grand moment !

Ah, et aussi en discutant avec les gens que je rencontre !

En gros, je fais le constat que ce que je préfère faire, ce que je fais avec le plus de joie, ce qui fait chanter mon cœur, ça ne me rapporte pas d’argent. Ah…

.

Donc, au point où j’en suis, j’ai une entreprise – un « travail » – qui me coûte de l’argent (ben oui, une entreprise, quoi qu’il arrive, ça coûte de l’argent) et à côté de ça, je passe mes journée à m’éclater à faire ce que j’aime par-dessus tout gratuitement.

Je me suis posée la question de savoir si je ne donnais pas trop (ouais, les gars, je suis vraiment désolée 🙂 Ho’oponopono), et j’en suis arrivée à la conclusion que j’y prends tellement de plaisir que ça ne peut qu’être juste.

.

Du côté des femmes (j’aime bien ce titre, ça ressemble à « Du côté de chez Swann » 😉 )

Depuis ma crise de la quarantaine, je bosse sur mon féminin. Au sens large. Très large. Du quotidien le plus basique – je quitte mon soutien-gorge, je prends des notes sur mon cycle menstruel – au spirituel. Et je fais le lien entre les deux.

Tout cela, je le fais dans la conscience très forte que tout ce que je nettoie sur le plan personnel résonne sur le plan collectif – oui, j’ai fait un stage avec Marie Elia, et oui, c’était génial ! 😀

.

Il faut que je vous dise que les femmes de ma famille qui m’ont précédée – ma mère et mes deux grands-mères – ont travaillé pour l’entreprise de leurs maris respectifs sans aucune reconnaissance sociale ou financière. Alors moi, je me disais jusque là, « en mettant mon nom sur une plaque professionnelle dans la rue, je secoue l’arbre, c’est pour ça que j’ai du mal ». Hé hé, je me rends compte aujourd’hui que ce n’est pas si simple.

.

La femme à la conquête de son indépendance

S’il y a bien un truc qui compte pour moi, c’est ma liberté. Et même peut-être encore plus, mon indépendance.

J’ai toujours fait ce que je voulais. J’ai la réputation – et elle n’est pas usurpée, je vous prie de le croire – de n’en faire qu’à ma tête.

Yes !

Donc, j’ai toujours envisagé ma vie avec un travail, parce que je croyais que grâce à lui, je gagnerais mon indépendance.

faireounepasfaire

Même si j’ai pris des congés à la naissance de mes enfants, je n’ai jamais envisagé d’arrêter de travailler, d’être mère au foyer.

Au contraire, j’ai monté mon entreprise, ce qui signifie de nombreuses heures de travail « dans l’ombre », voire même jour et nuit, parce qu’on se retrouve vite à ne penser qu’à ça.

.

Au foyer ? Et si ça n’était pas une punition ? Ni une prison ?

L’intention de la Nouvelle Lune d’avril m’a fait « tilt » et j’ai passé davantage de temps avec mes enfants. Je le raconte ici.

Et j’y ai pris plaisir.

20160501_164007

Comme les gars sont vraiment sympas et patients avec moi – parce que, voyez-vous, avec tout ça, je n’avais toujours pas compris ! – ils m’ont envoyé discuter avec une femme qui avait les mêmes questionnements que moi, sauf qu’elle n’avait pas d’enfants – c’est plus dur ! elle avait même pô d’excuses ! – mais envie, besoin de temps pour se consacrer à sa créativité.

Puis une autre avec des enfants. Et encore une autre, sans enfants et très créative – ils sont bien, hein, les gars de mon équipe ?!

Et là j’ai compris !

.

La stratégie masculine

Dans les dernières décennies, sentant monter l’énergie féminine peut-être – ou simplement parce qu’elle en avait marre d’être bobonne à la maison – la femme a voulu conquérir son indépendance.

Relisez ces mots : « conquérir son indépendance ».

Est-ce que pour vous aussi ils sonnent « masculin » ?

.

reprendre sa puissance dans le travail instrumental

Oui, bien sûr, c’est le modèle que les femmes avaient sous le nez, à l’extérieur d’elles-mêmes. Les hommes avaient conquis leur indépendance. Ils n’étaient plus serfs, ni esclaves – je parle là d’un mouvement général.

Donc, les femmes ont suivi ce modèle. Elles ont conquis leur droit à travailler et à être considérées à l’égal des hommes dans la société – je parle toujours d’un mouvement général.

Or, ce que je vois, autour de moi, ce sont des femmes qui gagnent leur vie, certes, mais qui se sont coupées de leur nature féminine, car comment voulez-vous expliquer à un patron que là, ben vous avez vos règles, alors vous seriez plus utile à vous brancher sur votre intuition qu’à courir partout comme il vous le demande ?

.

Ces quelques généralités m’ont permis de vous dresser le paysage. J’en viens maintenant à ce que j’entends, moi, à ce que je ressens pour moi en ce moment :

« OK, tu as appris des trucs dans ton boulot, tu t’es entraînée, c’est bien. Maintenant, passons aux choses sérieuses ! Ton boulot, fais-le pour de vrai, 24h/24. Sois ! »

.

La stratégie féminine

Et ça me ramène à l’idée que, son indépendance, sa puissance, la femme ne la trouve pas dans le monde du travail, mais dans l’être.

Juste être.

Avec ses enfants, dans sa maison, avec ses amis, dans la société, dans la vie quotidienne de chez quotidienne.

Et pourquoi pas, si ça lui chante, au travail ! 🙂

Ce que je perçois là, c’est que la reconnaissance de la femme, celle qu’elle a cherché dans l’indépendance financière, elle est en fait tout simplement dans sa façon d’être au monde.

.

Pour ma part, j’ai l’impression d’avoir fait un grand détour passant par :

  • Aurélie a un travail salarié qui lui plaît,
  • Aurélie monte son entreprise, qui la passionne ; elle lui consacre beaucoup de temps et d’énergie,
  • Aurélie mène de front sa vie de mère de famille et d’entrepreneur. La petite voix à l’intérieur commence à dire « et moi dans tout ça ?« 
  • Aurélie fait sa crise de la quarantaine,
  • Aurélie est Aurélie.

Tout ça pour ça !!!

Et quel beau parcours en même temps. D’une richesse !!!

.

Le travail « nouveau paradigme »

Si pendant plusieurs dizaines d’années les femmes ont essayé de faire comme les hommes, j’ai la sensation qu’aujourd’hui nous enclenchons un nouveau cycle. Nous initions un nouveau fonctionnement. Parce que nous avons enfin compris que la solution n’est pas sous notre nez – dans le fonctionnement des hommes –, mais à l’intérieur de nous.

Je ressens que c’est à nous, MesReines, d’inspirer les hommes dans ce nouveau monde qui émerge !

Avec quelque chose du genre :

Je ne vaux pas par la qualité/la quantité/voire la pénibilité de mon travail.
Je vaux – j’ai une valeur – par ce que je suis.
Et je le suis à fond ! 24h/24. Avec passion et dans la joie !

Et ça, pour moi, c’est la VRAIE VIE !


A propos d’Aurélie

J’accompagne les mères actives « dans tous leurs états » à redevenir zen, en se reconnectant à leur nature féminine profonde.

Je vous aide à retrouver votre puissance, et à porter haut votre couronne, MesReines.

 

C’est quoi l’éveil, quand on est mère de famille ?  2

Mon éveil, à moi, il a eu lieu dans une grande et belle église blanche, un lieu magique où j’ai vécu une expérience spirituelle intense.

Abbatiale de Pontigny (89)
Abbatiale de Pontigny (89)

Ça, c’est l’histoire que je me raconte.

Parce que, si je regarde bien, mon éveil, il avait commencé avant…

.

Quand j’étais enceinte… où comment j’ai pris conscience que ce que je mangeais ne servait pas seulement à combler ma faim

Pour ma part, ça a commencé avec la nourriture.

Lors de ma première grossesse, j’ai pris conscience que ce que je mangeais, le fœtus s’en nourrissait également. Jusque là, ça ne me dérangeait pas de manger n’importe quoi… mais là, bon, quand même…

Du coup, je me suis mise à cuisiner des produits bio, à faire des essais de nouvelles farines, à acheter des trucs aux noms bizarres (tempeh, agar-agar, amarante, tahin…). Des trucs que je n’avais jamais mangé avant !

Donc, d’une part je faisais davantage attention à ce que je mettais DANS mon corps – je vous passe les détails, mais c’est aussi à ce moment-là que j’ai arrêté d’utiliser parfum, déodorant, vernis à ongles, dentifrice au fluor, et que j’ai acheté du maquillage bio ; ben oui ! Parce que tout ça passe DANS la peau, donc dans le corps, et ça allait aller jusqu’au fœtus… !!! Bienvenue dans la grande famille des mères parano, hé hé !

Bref, je reprends !

D’une part, donc, je commençais à prendre conscience que ce que je mettais dans mon corps avait une incidence sur la santé de celui-ci, et d’autre part je découvrais tout un monde de « nouveautés » – nouveaux produits (enfin, nouveaux pour moi !), nouveaux concepts, nouvelle manière de consommer.

Et je me suis ainsi rendu compte que j’aimais la nouveauté, l’aventure, les découvertes. Yes !

.

Bon, d’un autre côté, ça a été le début des problème aussi. Parce que, que je ne mange pas de produits laitiers, passe encore, mais que je n’en mange pas alors que j’étais enceinte… c’était à se demander si je n’allais pas accoucher d’un bébé sans os ?!!! Bon, ce n’est pas de ça dont j’ai envie de vous parler aujourd’hui, mais sachez juste que je l’ai vécu aussi. 😉

.

Je ne vous fais pas de dessin, vous le savez sûrement, tout ce que nous mettons dans et sur notre corps influence notre taux vibratoire et oui, pour beaucoup de personnes, l’éveil commence tout simplement par cette prise de conscience. Je dirais même, l’éveil est permis par ce premier pas.

Je récupère de l’énergie en m’alimentant plus sainement, et du coup, je peux passer un niveau. Yes !

DSCF7089
Gâteau sans gluten, sans produits laitiers, bio, et surtout… BON !

.

La vie avec des enfants

Venons-en aux enfants qui grandissent. Une fois qu’on a fini de les faire grandir dans son ventre, de les allaiter – et même avant, si ça dure longtemps 😉 . Venons-en à ce qu’on appelle l’éducation, quoi !

.

Là aussi, j’ai remarqué que les enfants étaient de puissants « éveilleurs de conscience ». Entre les questions sur Dieu, sur les anges, sur la mort, les « à quoi je sers ? » et tous les « pourquoi ? », ils nous donnent du grain à moudre.

Voici en vrac quelques expériences remarquables d’éveil que j’ai connues avec mes enfants :

  • « Qu’est-ce que tu aimes, toi, dans la vie ? demande la mère. – Moi, répond tranquillement le fils de deux ans ».
  • « Maman, tu sais, tu peux me faire confiance ».
  • « Pour moi, c’est moi qui décide ».
  • des dessins d’anges, de fées…
  • « Tu cherches ce jouet dans [le bazar innommable de] ta chambre ? Est-ce que les lutins ne l’auraient pas caché ? – Non, Maman, ce sont les farfadets ».
  • des rires, de la joie, des colères, des pleurs, et toujours la vie qui vibre à pleine puissance.

.

Et je n’oublie pas le quatrième, celui qui n’est pas resté, et qui a contribué à mon éveil à sa façon, et pas des moindres.

.

DSCF4837

Bon, évidemment, j’ai des enfants extraordinaires 😀 , comme vous, quoi !

Parce que tous les enfants le sont. Certains le font un peu plus remarquer que d’autre. Peut-être ceux qui ont des parents un peu tête en l’air 😉

Donc, j’en suis arrivée il y a peu à cette conclusion : mon éveil spirituel, pour moi, dans ma vie de mère de famille, il passe par ma vie quotidienne avec mes enfants.

Je crois que je vous en reparlerai bientôt. 🙂

D’ici, je vous souhaite de belles expériences avec vos propres « éveilleurs de conscience » 😉

Pour aller plus loin.


A propos d’Aurélie

J’accompagne les mères actives « dans tous leurs états » à redevenir zen, en se reconnectant à leur nature féminine profonde.

Je vous aide à retrouver votre puissance, et à porter haut votre couronne, MesReines.

Enregistrer

Bonne fête Maman  0

Demain, en France, c’est la Fête des mères.

Je vous propose de prendre un petit temps pour RESSENTIR ce que ça évoque pour vous ?

Est-ce que ça vous émeut ? Est-ce que ça vous énerve ?

Est-ce que ça vous fait penser à votre mère ? A vos enfants ? A un collier de nouilles ? 😉

 

bonne fête maman

Dans cet article, j’ai envie de vous partager ce que m’évoque la Fête des mères, cette année.

 

Être maman

Quand on a des enfants, on trouve tout ce qu’ils font merveilleux. « Il m’a regardée !« , « Elle m’a souri !« , « Il a fait pipi dans le pot !« , « Ça y est, elle marche !« …

Trois traits sur une feuille, et c’est un chef-d’œuvre.

Trois mots prononcés à la suite, et c’est un discours passionnant.

Bien coiffé ou pas, vous trouvez votre rejeton magnifique. « Mais qu’est-ce qu’il est beau ! « , « Et ces yeux !« …

Bon, je ne vous fais pas de dessin – vous avez remarqué, ça sent le vécu à plein nez, et à mon avis, le vôtre est assez proche du mien 🙂 .

.

OK, et alors ?

Voilà ce qu’on apprend en étant maman. Voilà l’expérience que l’on fait dans la matière, dans la réalité de notre existence terrestre dans cette vie-là.

Pour ne rien vous cacher, je suis en train d’écrire une série d’articles sur le thème « C’est quoi, l’éveil, pour une mère active ? » et je me rends compte que cet article sur le Fête des mères en est l’introduction – les gars me font souvent de ces surprises 😉

Le fait d’avoir un enfant développe notre amour inconditionnel, notre admiration inconditionnelle, notre bienveillance inconditionnelle.

Ensuite, l’enfant fait sa crise d’ado – vers 2 ans – et là, c’est une autre vie qui commence ! 😀

Mais revenons à nos moutons.

.

C’est quand, MaReine, la dernière fois que vous vous êtes extasiée sur l’une de vos réalisations – culinaire, professionnelle, créative, artistique… ?

C’est quand, MaReine, la dernière fois que vous vous êtes écoutée comme le Messie ?

C’est quand, MaReine, la dernière fois que vous avez été fière de vous ?

C’est quand, MaReine, la dernière fois que vous avez admiré vos yeux ?

.

Alors, voilà, demain c’est la Fête des mères. Je vous invite, si le cœur vous en dit, à vous prendre dans les bras, à vous câliner, à vous embrasser, à vous caresser la tête, en vous disant « Merci, ma chérie. Je t’aime« .

.

Mon plus beau cadeau de Fête des mères

mon plus beau cadeau de la fête des mères

En fait, la façon dont j’ai reçu l’info, cette fois, par les gars de mon équipe – c’est comme ça que je désigne mon intuition – c’est que je me suis trouvée en train de confectionner un collier, justement quelques jours avant la Fête des mères. Je me suis inspirée d’une artiste du collectif Fil rouge, Tatiana Oléa, designer textile. J’ai choisi le tissu parfait pour moi – matière et couleur – , les formes parfaites pour moi, je l’ai fait avec amour… et j’ai commencé à me demander à qui je pourrais bien l’offrir… jusqu’au moment où j’ai pris conscience que je le faisais pour moi ! 😀

Le plus beau cadeau que j’ai reçu, pour la Fête des mères, c’est ce que symbolise ce collier, c’est cette prise de conscience que je vous partage. 🙂

Le plus beau cadeau de la maternité, c’est qu’en ayant des enfants, j’ai appris à aimer de façon inconditionnelle. Et ce n’était pas juste pour 2 ans 😉 non.

C’était pour toute la vie.

Et c’était – aussi – pour moi.

Alors, bonne fête MaReine !


A propos d’Aurélie

J’accompagne les mères actives « dans tous leurs états » à redevenir zen, en se reconnectant à leur nature féminine profonde.

Je vous aide à retrouver votre puissance, et à porter haut votre couronne, MesReines.