Posts for Tag : Ecriture libre et sauvage

Ce que je vis, aujourd’hui.  2

Ce que je vis aujourd'hui, avec les gars de mon équipe

Depuis que je suis née, ma vie s’est déroulée sans anicroche. Bon, ce n’est peut-être pas ce que diraient mes parents, mais moi, je sentais que ça roulait, que j’étais née sous une bonne étoile.

Et puis, un jour – j’avais presque 40 ans – je me suis sentie perdue. Vraiment perdue. Comme si là, d’un coup, ma bonne étoile m’avait lâchée. Avait-elle explosé en vol ? M’avait-elle abandonnée ? Ne me trouvait-elle plus assez bien ?

Ou est-ce que, ça y est, j’étais grande, et que je devais me débrouiller toute seule ?

Comme j’avais commencé à le faire après la naissance de mes enfants,  je suis allée voir des thérapeutes, afin qu’ils m’aident à comprendre ce qui m’arrivait ; où était le chemin ; quelle était la bonne décision à prendre. Parce que là, vraiment, je ne savais plus. J’étais perdue.

Alors ils m’ont dit « Voilà ce qui se passe. » — Ah bon ? « Voilà ce que tu dois faire. » — Non, sans blague ?! « Voilà le message de l’Univers. » — Sans rire ? Et comme ils étaient humains, sympas et compétents, et qu’après tout je leur avais posé la question, je les ai écoutés.

Et pourtant, une voix à l’intérieur de moi disait : « Non mais n’importe quoi ! Ils se plantent, là ! » L’autre répondait : « Ils se plantent tous ? Tu crois vraiment ? Ce ne serait pas toi qui serais dans les choux, là ? Est-ce que par hasard tu ne refuserais pas d’entendre ce qu’on te dit ? Est-ce que tu ne serais pas un peu bornée, comme fille ? » Etc., etc. Ça a duré quelques années.

 

Et aujourd’hui, voilà où j’en suis.

Je choisis – envers et contre tous s’il le faut – de me faire confiance.

Je choisis d’être à l’écoute de mes émotions.

Je choisis de croire mon ressenti, quel qu’il soit.

Je choisis de suivre ma petite voix à l’intérieur, celle qui chante et rit.

 

Alors aujourd’hui, au point où j’en suis, je remercie la vie de cette expérience car elle est parfaite.

Si j’ai cru perdre de vue ma bonne étoile, c’est qu’elle s’était cachée (« Steack haché », blague Carambar) pour que je la trouve mieux, que je me branche sur elle en conscience et « plein canal ».

Si tous les conseils que j’ai cherché me disaient le contraire de ce que je ressentais, c’était pour que je me fasse confiance, encore et encore, pour construite, pierre après pierre, ce pilier que je cherchais à l’extérieur de moi.

Et si j’ai ressenti une telle joie en pensant à toi, c’est que j’ai reconnu en toi cette lumière, cette joie pure, cet amour inconditionnel dont je suis forgée ; c’est que je me suis reconnue et révélée au contact de ta lumière.

Cela, aujourd’hui, je le sais.


A propos d’Aurélie

J’accompagne les mères actives « dans tous leurs états » à redevenir zen, en se reconnectant à leur nature féminine profonde.

Je vous aide à retrouver votre puissance, et à porter haut votre couronne, MesReines.

Mes plumes d’ange  0

les ailes de mon ange

les ailes de mon ange

Une première pour moi ! Inspirée par ma chère amie Alice Debernard et encouragée par Laurence Plume Sauvage, je me lance dans l’écriture libre et sauvage. « Libre et sauvage » ! Tout à fait moi ! Ha ha ha !

J’ai mis le texte en rose (prononcer « râse », avé l’assent) parce que je l’ai écrit avec un stylo rose. La couleur m’a semblé importante.


J’avance comme j’écris, à l’instinct.

J’ai mis mes plumes dans une boîte. Une boîte transparente mais fermée.

J’ai mis mes plumes dans une boîte. Où sont mes ailes ? Où sont tes ailes, Aurélie ? Où sont-elles, mon ange ?

Fouillis de plumes. Douceur. Couleur.

Les ailes de mon âme. Les ailes de mon ange.

Dans une boîte ! A quoi penses-tu ?!

Se sentent-elles en sécurité ?

Peut-on les admirer ?

Se sentent-elles mises en valeur ?

Ont-elles à ce point oublié quelle est leur vraie nature ? Liberté.

Pour moi, voler, c’est la liberté.

Monter. Planer. Merci mes plumes.

Descendre en piqué. Remonter.

Merci mes ailes.

J’ai mis mes plumes dans une boîte. Et elles sont sorties !

Pour écrire.

Pour écrire sur les ailes de mon âme. Sur mes ailes d’ange. Et caresser doucement ma joue.